Sur la piste des disparues de Ciudad Juarez

http://ciudadjuarezlesdisparues.zeblog.com/

Calendrier

« Septembre 2006 »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Jean-Pierre Brault et Thierry Planche

Cuidad Juarez, Mexique, 400 meurtres d'une cruauté inimaginable...

Blog

Catégories

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

"LA TRAQUE"

Par Jean-Pierre Brault et Thierry Planche :: 25/09/2006 à 18:23 :: SUR LA PISTE DES DISPARUES

 

 

Ca fait plusieurs jours que j'explore la zone et je ne l'aime guère. Je trouve qu'une ambiance étrange et pesante semble règner sur l'endroit. S'il avait été là,etle connaissant, mon vieil ami Tarahumara m'aurait dit " il y a un flux d'énergie négative ici ". J'aurai rigoler. Il est vrai que beaucoup d'indiens pensent que la nature a " une mémoire ".

 

Je fais stopper mon taxi, le paye, attends qu'il s'éloigne, m'assure que personne ne peut me voir et franchis les barbelés d'un terrain privé. Si j'ai si peur d'être vu, c'est que quelques uns de ces terrains appartiennent aux narcos qui vampirisent cette ville. Faut dire qu'on estime que 100 tonnes de cocaine colombienne transitent par Cuidad Juarez et que c'est un lieu de trafic quasiment incontournable.

Depuis plusieurs heures maintenant, je sonde le sol. C'est la technique des Guaquéros, ces pilleurs de tombes pré-colombiennes. Elle consiste pour ma part à enfoncer mon baton de marche dans le sable. Car même longtemps après avoir fait un trou dans la terre, celle ci ne se retasse pas complètement et quand on a l'habitude on sent une différence de consistance.

J'espère bien trouver les lieux d'inhumations des gamines comme ça. Mon sweat shirt collé à mon dos par la transpiration, j'avance comme un somnambule. Je navigue d'un terrain à l'autre, me déplaçant prudemment au milieu des buissons de créosote, des acacias de catclaw, des mesquites, car je me méfie des crotales mortels qui pullulent par ici.

Je me déplace souvent à croupetons pour déblayer quelques terriers, espérant trouver des indices, une médaille de vierge  ou je ne sais quoi d'autres ayant appartenu aux victimes, et je commence à avoir un mal de dos terrible.
Je fouille, creuse, remue des mètres cubes de sable sous une chaleur si intense que l'air en devient même irrespirable. Je bois pas mal d'eau. Je pense aussi beaucoup à ces gamines pour tenir. A Susana Flores, 13 ans, retrouvée violée, présentant des traces de torture, l'autopsie révèlant qu'elle avait fait quatre infarctus provoqués par la terreur subie pendant sa séquestration.

IMMONDES SALOPARDS.

Je m'obstine, avance mètre après mètre. Je suis sur que les pluies historiques et les vents violents qui se sont abattus sur la région quelques temps plus tot, (l' armée américaine faisant meme déménager les habitants du quartier dowtown d'El Paso) ont remué et retourné le sable de ce désert maudit.

IL VA BIEN EN SORTIR QUELQUE CHOSE.

Pas très loin de la route, j'aperçois enfin un truc bizarre en partie ensevelie dans le sable. Je deblaye à la pelle et exhumme...UN OS. puis un autre encore. J'ai assez roulé ma bosse pour savoir qu'ils sont humains. Des fémurs. Je reste un long moment à genoux à contempler mes trouvailles. Il m'est encore difficile aujourd'hui de dire ce que j'ai ressenti à ce moment là. Un mélange de rage et d'infini tristesse. Je crois que si je savais pleurer, je l'aurai fait.

J'ai pris mes photos, ai remis précautionneusement les os dans leur linceul de sable, et je suis parti. Je rentrerai comme d'habitude en stop. Plus tard je me suis posé la question. est ce que j'aurais pu faire autre chose ? J'allais pas confier mes os à la police de juarez dont tout le monde ici s'accorde à dire qu'elle protège les coupables. Pas passer la frontière américaine avec, déjà qu'ils me trouvaient un peu bizarre avec ma pelle, pour un touriste. Je ne sais pas. Personne pourtant ne me fera de reproche. Encore moins Amnisty International qui connait l'affaire mieux que personne, et dont j'ai de plus en plus de respect pour ses membres bénévoles qui essayent de faire connaitre cette affaire abominable au reste du monde. Alors que nos médias restent à la traine.

 

( suite CLIQUEZ dans le cadre de gauche sur PAGE SUIVANTE )                 

CONTACT  E-mail.     villa63@hotmail.com

 

 


Copyright © Sur la piste des disparues de Ciudad Juarez - Blog créé avec ZeBlog